Le 3 janvier 1995, John est arrêté pour le meurtre d’Elmer Rode, ancien doyen de l’université de Beaumont, commis juste avant Noël. La victime étant très connue, le meurtre fait grand bruit. John et son frère sont arrêtés. Les deux adolescents sont arrêtés sur la foi d’un témoin. John est mineur au moment de son arrestation, il a 17 ans. Suite à un accident de voiture à 16 ans, il est devenu dépendant des antalgiques, et boît souvent avec son grand-père. Le jour de l’arrestation, il a fumé de la marijuana. Sous l’emprise de la drogue et de l’alcool, c’est à peine s’il est conscient lorsqu’il est emmené pour interrogatoire, et il signe sous la contrainte les aveux que la police rédige.

 

Le premier mars 2005, la cour suprême des Etats-Unis a rendu publique une décision extrêmement importante : selon l’arrêt Roper contre Simmons, rendu à propos de Christopher Simmons, condamné à mort dans le Missouri pour un meurtre commis à 17 ans, il est désormais interdit d’exécuter un criminel qui avait moins de 18 ans au moment des faits qui lui sont reprochés.

Quelles conséquences ? Dans l’ensemble des Etats-Unis, tous les condamnés à mort qui étaient mineurs au moment des faits voient leur sentence cassée, et remplacée par une peine de prison à vie. Cela concerne ainsi 72 condamnés à mort, dont 29 au Texas, 14 en Alabama, 5 dans le Mississippi, 4 en Arizona, en Louisiane et en Caroline du Nord, 3 en Floride et en Caroline du Sud, 2 en Géorgie et en Pennsylvanie, un au Nevada et en Virginie.

C’est donc une excellente nouvelle, car John, qui avait 17 ans au moment du meurtre d’Elmer Rode, ne risque désormais plus du tout d’être exécuté.

Que devrait-il donc se passer pour lui ? Dans les semaines ou les mois qui viennent, il devrait être transféré dans le comté de Beaumont, où il a été condamné, pour se voir signifier par un juge que sa condamnation à mort est cassée et qu’il est condamné à la prison à perpétuité. Il devrait ensuite être transféré dans l’Unité Diagnostic, le temps que sa prison d’affectation finale soit décidée, puis enfin transféré dans cette nouvelle unité. La très bonne nouvelle, c’est qu’en sortant du couloir de la mort, il aura désormais droit à travailler, à suivre des cours, il aura des visites avec contact humain et non derrière une vitre… Ses conditions de vie vont donc nettement s’améliorer !!! Et il n’aura plus cette épée de Damoclès en permanence au-dessus de sa tête. Petite incertitude pour le moment : il n’y a aucun moyen de savoir où il sera transféré, ni d’influer sur ce choix, de sorte qu’il pourrait être envoyé aux confins de l’Etat, ce qui rendrait les visites de ses proches difficiles… Mais ne nous inquiétons pas à l’avance.

Le point noir en revanche, c’est que maintenant qu’il va sortir du couloir de la mort, John n’aura plus droit à un avocat commis d’office pour ses appels, il devra seul financer sa défense. Or John est innocent, et s’il ne peut payer un avocat compétent, s’il manque les dates limites pour déposer ses dossiers d’appels faute d’avoir pu engager un avocat pour s’occuper de son cas, il restera en prison peut-être jusqu’à la fin de ses jours. Nous devons donc continuer à nous mobiliser pour lui, car ce n’est pas parce qu’il ne risque plus de mourir qu’il faut le laisser à son triste sort. Et ce d’autant plus que, simple prisonnier, il risque d’attirer moins de soutiens nouveaux que quand il risquait l’injection létale.

La lutte continue donc !!!!

Contact us:
 

freejohndewberry@yahoo.fr
dewberrycommittee@gmail.com

John Dewberry #1306204
McConnell Unit
3001 South Emily Drive
Beeville, TX 78102
USA